Liberty Fantastik

Forum Star Wars, Star Trek, S.F et Fantastique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Navigation

 Accueil
 Forum : 

Sondage
Notation en pourcentage de Star Trek : Le Film
Chef d'oeuvre
29%
 29% [ 2 ]
Excellent
43%
 43% [ 3 ]
Bon
0%
 0% [ 0 ]
Moyen
14%
 14% [ 1 ]
Mauvais
0%
 0% [ 0 ]
Trés mauvais
0%
 0% [ 0 ]
Nul
14%
 14% [ 1 ]
Total des votes : 7
Liens

Liens Star Wars

Liens Star Trek

Liens Divers


Partagez | 
 

 La critique de Hellraiser

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liet Kynes
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 210
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: La critique de Hellraiser   Ven 11 Fév - 22:22

David a écrit:
Hellraiser

1987
Réalisé par Clive Barker

Note : 5/10

Ecrivain, philosophe, comédien, metteur en scène, scénariste, déssinateur, concepteur d'un jeu vidéo : Clive Barker est un artiste complet et un personnage très particulier qui assume totalement son homosexualité. En adaptant l'une de ses nouvelles pour sa première mise en scène cinématographique, il réalise avec "Hellraiser" le seul film d'horreur gay, clairement sado-masochiste et totalement dénué d'humour (ce qui était rare voir inéxistant dans les productions horrifiques de l'époque). Au final c'est une demie-réussite. Barker parvient à instaurer à merveille une ambiance glauque, très malsaine et à confèrer un esthétisme novateur à son métrage, mais l'interprétaion ne tient absolument pas la route faute de comédiens franchement mauvais et d'une direction d'acteur insuffisante. Cependant le culte est lancé par la fascination du public pour les monstres au look inédit sortis de l'esprit torturé de Barker : Pinhead et les autres cénobites; et la série des "Hellraiser" est l'une des plus intéressantes car ses possibilités mythologiques sont vastes et que chaque film de la série est totalement différent l'un de l'autre, ce qui explique sans doute l'extraordinaire longévité de la saga à l'heure où "Hellraiser VIII : Hellworld" de Rick Bota est en pleine production.

..........................................................................................................
Hellbound : Hellraiser II

1988
Réalisé par Tony Randell

Note : 8/10

Tourné l'année suivant la sortie du premier chapitre, "Hellraiser II : les écorchés" (pour le titre français) reste encore aujourd'hui comme étant probablement la suite de la franchise et la plus fidèle à la vision de Barker. Et si le côté "bande-dessinée" prend ici parfois le dessus, le propos garde tout le caractère sérieux et malsain du premier volet. Mais la principale attraction du métrage réside dans le fait que le scénario de ce second chapitre est centré autour de ce qui était le plus captivant dans le film de Barker, à savoir les cénobites et leur univers. Ce choix scénaristique judicieux fait d' "Hellraiser II" l'un des plus beau films fantastiques jamais réalisé car il offre des séquences d'un esthétisme intriguant et parfois même envoûtant par une vision de l'enfer propre à Barker, mais plutôt intéressante et très réussie. Notons également que si son origine humaine est désormais clairement établie, Pinhead reste encore dans ce film un personnage mystérieux, fascinant et de second plan, ce qui ne sera plus du tout le cas dans le volet suivant.

..........................................................................................................
Hellraiser III : Hell On Earth

1992
Réalisé par Anthony Hickox

Note : 7/10

Brutal (mais réussit) changement de direction pour "Hellraiser III". Finies les ambiances glauques des îles britaniques dans lesquelles les deux premiers volets avaient été tournés, disparu aussi le charme mystérieux qui entourait les cénobites, le film d'Anthony Hickox s'autorise même quelques pointes d'humour pas mal venues du tout en définitive. Et plus important que tout, Pinhead devient désormais, à l'instar d'un Freddy, la star de la série et apparaît au grand jour. Il devient même bavard. Le comportement du personnage, relativement statique et très sérieux dans tous les autres films, est ici totalement différent et s'explique par le fait qu'il s'agit du seul film de la franchise dans lequel Pinhead est dépourvu de sa moitié humaine. Alors si "Hellraiser III" est si éloigné des deux premiers pourquoi est-ce une grande réussite ? Et bien parce que c'est le mieux réalisé des trois, parce que le scénario évite les redites, parce que le film est ryhtmé et a le mérite d'orienter la série dans une direction nouvelle, et surtout parce que pour une fois l'interprétation tient la route, à des années-lumières du jeu calamiteux et coincé des comédiens d'"Hellraiser 1 & 2".
..........................................................................................................
Hellraiser : Bloodline

1996
Réalisé par Kevin Yagher et Joe Chapelle

Note : 6/10

"Hellraiser : Bloodline" est un miracle. Un miracle car il a survécu au bordel monstrueux qu'à engendré sa production. Au départ il était question d'un film très sombre aux antipodes du précédant où Pinhead ne devait faire son apparition qu'à la moitié du métrage, mais le studio a demandé au réalisateur de revoir totalement son montage et d'orienter son film dans une direction plus commerciale. Du coup son réalisateur Kevin Yagher a claqué la porte et Joe Chapelle est engagé pour porter à l'écran une vision plus proche de celles des producteurs. En définitive "Hellraiser IV" est amputé d'une bonne vingtaine de minutes et se déroule sur trois époques différentes, mais reste miraculeusement un bon film très original dans son concept et très bien fichu malgré le budget absolument ridicule qui lui a été aloué; et redonne à Pinhead un peu du charisme qui le caractérisait dans les deux premiers films.

..........................................................................................................
Hellraiser : Inferno

2000
Réalisé par Scott Derrickson

Note : 8/10

Joliment réalisé par Scott Derrickson pour une exploitation immédiate en vidéo, "Hellraiser : Inferno" a de quoi surprendre car il évoque davantage un cauchemar psychologique qu'un film gore, met un coup d'arrêt radical à la starification de Pinhead (pas plus de trois minutes de présence à l'écran tout à la fin du film) et oriente la série dans une direction totalement différente des autres chapitres. Pour se faire une idée, disons qu' "Hellraiser V" en quelque sorte un savoureux mélange entre "Seven" de David Fincher et surtout "Angel Heart" de Alan Parker. Sur le papier ce n'est bien évidement pas très original mais à l'écran c'est plutôt efficace et très réussit. A noter que "Hellraiser : Inferno", resté inédit en France durant trois ans, est finalement disponible en DVD depuis décembre 2003.

..........................................................................................................
Hellraiser : Hellseeker

2002
Réalisé par Rick Bota

Note : 5/10

Clive Barker a détesté "Hellraiser : Inferno" mais apprécie énormément "Hellraiser : Hellseeker" qu'il considère comme étant la meilleure séquelle de son film depuis "Hellraiser II". Les raisons de cette affection sont parfaitement compréhensibles et sautent rapidement aux yeux à la vision du métrage : le film de Rick Bota marque en effet un retour fracassant à la vision mythologique de Barker et à l'aspect "sado-masochiste" cher à son auteur. Certes, "Hellraiser : Hellseeker" est un bon film, mais il souffre à mon sens d'un réel problème : il ressemble beaucoup trop à "Hellraiser : Inferno" dans la strucure de son scénario et surtout dans ses emprunts à "Angel Heart" (qui sont ici encore davantage évidents) pour rester véritablement original. Bref, ce sixième volet rappelle énormément le précédant chapitre sur beaucoup d'éléments si bien que l'on a souvent l'impression de visionner le même film, mais d'un point de vue différent. A noter que "Hellraiser VI" est totalement inédit en France et réalisé uniquement pour le marché vidéo à l'instar de "Hellraiser V".

_________________
Je ne connaitrai pas la peur, car la peur tue l'esprit...J'affronterai ma peur...Et lorsqu'elle sera passé...Il n'y aura plus rien. Rien que moi .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La critique de Hellraiser
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hellraiser, la saga (1987-2005)
» Hellraiser : Bust 1:1 Pinhead
» [Harmut, Rosa] Accelération, une critique sociale du temps
» Critique pour "Mystères et Mauvais Genres" Collectif *
» #1 - Critique "Los Bastardos"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Fantastik :: Les films S.F. et fantastique :: Les critiques et vos commentaires sur les films :: Hellraiser-
Sauter vers: