Liberty Fantastik

Forum Star Wars, Star Trek, S.F et Fantastique
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Navigation

 Accueil
 Forum : 

Sondage
Notation en pourcentage de Star Trek : Le Film
Chef d'oeuvre
29%
 29% [ 2 ]
Excellent
43%
 43% [ 3 ]
Bon
0%
 0% [ 0 ]
Moyen
14%
 14% [ 1 ]
Mauvais
0%
 0% [ 0 ]
Trés mauvais
0%
 0% [ 0 ]
Nul
14%
 14% [ 1 ]
Total des votes : 7
Liens

Liens Star Wars

Liens Star Trek

Liens Divers


Partagez | 
 

 La critique de Jurassik Park

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liet Kynes
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 210
Date d'inscription : 26/09/2004

MessageSujet: La critique de Jurassik Park   Sam 12 Fév - 1:02

Jurassik park I

A venir...
Bande Annonce
..........................................................................................................
David a écrit:
Le Monde Perdu
Jurassic Park

1997
Réalisé par Steven Spielberg

Note : 8/10

Scénario de David Koepp d'après le roman de Michael Crichton
Avec Jeff Goldblum, Julianne Moore, Pete Postlewhaite, Vince Vaughn, ...

Note : Excellent

Même si cette séquelle n'est pas véritablement l'adaptation du roman éponyme de Michael Chricton il n'en demeure pas moins qu'elle surpasse allégrement le précédent volet à presque tous les niveaux, l'élément de surprise lié au réalisme des dinosaures en moins.
Oubliées par conséquent les niaiseries du précédent volet, balayé le script pour collégiens de Jurassic Park et enterrée la frustration liée à la vision du premier film : Le Monde Perdu dispose d'un véritable scénario et de vrais personnages. Aussi délectable qu'inattendue, la supériorité sur le précédent volet réside en plusieurs points.

Tout d'abord il y a les personnages. Presque totalement caricaturaux dans Jurassic Park, ceux du Monde Perdu sont bien plus aboutis et tous animés de réelles motivations. Ensuite il y a le scénario à proprement parlé. Si l'on excepte le prétexte de départ, il est bien plus passionnant que celui de son aîné. Un groupe d'écologistes confronté à une bande de chasseurs intrépides sur une île peuplée de dinosaures en liberté c'est tout de même plus intéressant que des gamins visitant un parc de loisirs avec des dinosaures en cage !

Par ailleurs l'action y est plus soutene que dans Jurassic Park et quasiment constante, et on ne s'étonne plus vraiment de l'incroyable maîtrise de Spielberg à réaliser ces scènes remarquablement bien montées.

Outre les qualités évoquées plus haut, l'une des plus grandes idées du film (et absolument inéxistante dans le roman) est à mettre au crédit de Spielberg lui-même : faire évoluer le T-Rex en plein coeur de San Diego à la fin du métrage. Quelques moments totalement jouissifs bien plus excitants que l'intégralité de Godzilla, le nanar de Roland Emmerich.

Mieux écrit et mieux réalisé que son prédécesseur, Le Monde Perdu : Jurassic Park est une totale réussite dont il serait dommage de se priver.

..........................................................................................................
Jurassic Park III
2001

Réalisé par Joe Johnston
Scénario de Peter Buchman, Alexander Payne et Jim Yaylor d'après les personnages créés par Michael Crichton
Avec Sam Neil, William H. Macy, Téa Leoni, Alessandro Nivola, ...

Spinosaure contre T-Rex pour un duel assez décevant

Note : 6/10

Que pouvait-on attendre de ce troisième volet ? Pas grand chose en fait, vu les limites du sujet original et que, pour la première fois depuis 1993, aucun roman de Michael Crichton n'a été adapté pour un Jurassic Park. Les premières minutes ne tardent pas à confirmer ce qu’on pressentait avant même d'entrer en salles, c’est à dire que le métrage de Johnston ne sera pas un grand film, juste une sympathique série B.
Inutile par conséquent de s'étonner du scénario exceptionnellement lamentable de Jurassic Park III (une simple course-poursuite proies/prédateurs pimentée de bons sentiments), bien plus navrant encore que celui du premier opus. Inutile également de s'étonner de la très courte durée du film (1h32) impensable pour une superproduction de ce genre, ce qui situe d'emblée les modestes ambitions des commanditaires. Le titre lui-même souligne cet état de fait par son manque total d'originalité. Pourtant, par son rythme effréné et son action constante, Jurassic Park III arrive néanmoins à séduire malgré son absence totale de scénario. Ceci dit, si Le Monde Perdu était supérieur à tous les niveaux à Jurassic Park, ce troisième opus est inférieur sur bien des points au précédent film et ce pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, Joe Johnston (Chérie, j’ai rétréci les gosses, Rocketeer, Jumanji, …, NDR) n'est pas Spielberg, et la mise en scène est assez conventionnelle même si les scènes d'action sont bien rythmées. Si on ajoute à cela que la photographie est relativement médiocre et que la direction artistique est malheureusement d'une affligeante pauvreté, on aura vite compris que le film n'est pas vraiment très esthétique. Un "Monde Perdu" pas très dépaysant en somme… Ensuite, on a bien du mal à s'attacher aux personnages tant ils semblent peu travaillés sur le papier. Le seul à susciter de l'intérêt est celui du Dr Allan Grant. Les autres étant trop superficiels, on se moque bien de ce qui peut leur arriver. En outre, mis à part la courte scène du troupeau de Brachiosaures, il est dommage que Jurassic Park III soit presque totalement dépourvu de la moindre magie. C'est un film brut et carré qui laisse bien peu de place à l'émerveillement. Là où Spielberg portait un regard souvent naïf Johnston propose sa vision un peu crue et bestiale des choses de manière systématique. Certes, ce parti pris n’est pas forcément négatif et peut s’expliquer par la volonté de réaliser un vrai film sauvage, mais lorsque dans le même temps on balance au spectateur beaucoup de scènes politiquement correctes (bonjour la psychologie parentale à deux balles) c’en devient un peu incohérent par rapport à la volonté première.

Pour en finir avec les choses qui fâchent - et c'est le point le plus rageant du film - il y a le duel tant attendu entre le T-Rex et la nouvelle star de Jurassic Park : le gigantesque Spinosaure. Annoncé par le réalisateur comme un hommage au King Kong de 1933, ceci aurait pu être très excitant pour les amateurs dont je fais partie. Hélas, ce combat s'avère relativement décevant - et ce malgré les louables intentions de Johnston - d'une part par sa durée (à peine quelques secondes), et d'autre part parce que ce qui aurait du être le clou du film se situe dès le premier tiers du métrage. Une monumentale erreur de la part d'un homme qui se dit amateur des "films de monstres" où il oublie que les monstres en question règlent généralement leurs comptes dans un final explosif. A la place de cela on a droit à une fin assez ridicule où une des bidasses armées jusqu’aux dents débarquent sur l’île. Dans le genre "hommage", celui de Stephen Sommers à Ray Harryhausen dans Le Retour De La Momie est bien plus convaincant.

Pour toutes ces raisons, Jurassic Park III fait regretter le précédent volet à bien des égards. Terriblement handicapé par un script absolument inexistant, le film aurait gagné à être considéré par les producteurs comme autre chose qu'un simple produit commercial. Ceci dit, le film de Johnston surpasse le premier volet sur bien des plans et possède tout de même ses très bons moments: l'attaque des Ptérosaures est assez jouissive, les multiples apparitions du Spinosaure sont délectables à souhait et l'intelligence supposée des Raptors est très bien exploitée. Dommage simplement que tout ceci ne s'inscrive pas dans une véritable histoire avec de véritables personnages. Mais, à partir du moment où l’on accepte d’assister à un simple spectacle bien rythmé et sans intrigue Jurassic Park III se laisse voir très agréablement même s’il manque cruellement de saveur.
Bande Annonce

_________________
Je ne connaitrai pas la peur, car la peur tue l'esprit...J'affronterai ma peur...Et lorsqu'elle sera passé...Il n'y aura plus rien. Rien que moi .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La critique de Jurassik Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Duel du Mois 2] Les dents de la mer VS Jurassik park
» Ma critique de Mansfield Park
» Mansfield Park vu par Nabokov
» Critique de "Dharma Poèmes" de Park Je-chun *
» Punishment Park

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liberty Fantastik :: Les films S.F. et fantastique :: Les critiques et vos commentaires sur les films :: Jurassik Park-
Sauter vers: